Categories
Actualités

RENEWABLE ENERGY WORLD PRÉSENTE SA PREMIÈRE LISTE DES 40 ACTEURS DU CHANGEMENT DE MOINS DE 40 ANS DANS L’INDUSTRIE SOLAIRE

San Francisco, Californie — Dans une volonté de reconnaitre les étoiles montantes dans l’industrie solaire, Renewable Energy World a le plaisir de présenter sa première « promotion » des 40 acteurs du changement de moins de 40 ans dans l’industrie solaire.

La liste est une reconnaissance pour ces acteurs du changement et leurs réalisations sans précédent dans le secteur de l’industrie solaire. Leur mission est de faire avancer le solaire dans le 21ième siècle en s’appuyant sur les bases existantes de l’industrie solaire et les accomplissements de tous ceux qui les ont précédés.

Ce sont des défenseurs de l’énergie solaire et continueront de l’être.

Chacun d’entre eux est unique, fait preuve d’une grande passion et a accompli des réalisations importantes dans l’industrie solaire.

Beaucoup d’entre eux participeront à l’exposition Intersolar North America et seront honorés le mardi 10 juillet à 3h30 sur le podium ees, niveau 2, 8421, suivi d’une réception sur le stand 9221 à partir de 4 heures.

Par ordre alphabétique, les premiers lauréats « 40 acteurs du changement de moins de 40 ans dans l’industrie solaire » nominés par Renewable Energy World sont :

  1. Adedoyin Adeleke, Fondateur/Directeur Général, Réseau international d’appui au développement de l’Afrique (ISNAD-Afrique)
  2. Mike Arndt, Directeur Général, Développement, Recurrent Energy
  3. Amanda, Bybee, CEO, Amicus O&M Cooperative
  4. Thomas, Byrne, CEO, Cleancapital
  5. Franco, Capurro, Associé & CEO, Banverde
  6. Alison, Ciesla, Boursière Post-doctorante et Chargée de Projet, Collaborations avec l’Industrie, Université Nouvelle-Galle du Sud
  7. Becky, Diffen, Associée, Mcguirewoods
  8. James, Ellsmoor, Directeur, Solar Head of State
  9. Kate Bashford, Epsen, Directeur Général, New Hampshire Sustainable Energy Association
  10. Patrick, Eugene, CEO, Digitalkap Solar
  11. Adam, Gentner, Directeur du Développement Commercial – Latin American Expansion, sonnen
  12. John, Gurski, CEO, Energytoolbase
  13. Brett, Hallam, Directeur de Recherche pour l’Hydrogénation Avancée, Université Nouvelle-Galle du Sud Sydney
  14. Walid, Halty, CEO, Dvinci Energy, Inc.
  15. Nate, Hausman, Directeur de Projet, Clean Energy States Alliance
  16. Bram, Hoex, Professeur Associé, Université Nouvelle-Galle du Sud Sydney
  17. Justin, Hoysradt, Président / CEO, Vinyasun
  18. Jason, Kaminsky, COO, Kwh Analytics, Inc.
  19. Pari, Kasotia, Directrice Région Mi-Atlantique, Vote Solar
  20. Esther, Katete, F, Suntap Uganda Limited
  21. Laura, Klein, Directeur Général du Développement, Eagle Solar Group
  22. Kathryn, Klement, Directeur, PV Power Systems, Phoventus Inc.
  23. Mallory, Lindgren, Directeur, Solar and Storage, Westwood Professional Services
  24. Sarah, Lovell, Vice-Présidente, Gestion Commerciale des Actifs, Longroad Energy
  25. Muhammed, Lubowa, Directeur Général & Fondateur, All In Trade Limited
  26. Raghav, Malhotra, Responsable de Gestion de Projet, Cleantech Energy Corporation
  27. Rhys, Marsh, Directeur Général, Avenue Capital
  28. Jaime, Martinez Soto, CEO, Proyecto Terra
  29. Jon, Powers, Co-Fondateur et Président, Cleancapital
  30. Aneri, Pradhan, Directrice Exécutive, Enventure
  31. Laura, Recchie, Présidente et Fondatrice, Root + Branch
  32. Steph, Speirs, Cofondatrice et CEO, Solstice
  33. Amro, Tabari, Ingénieur Principal en Énergies Renouvelables, Mott Macdonald
  34. Jan Pieter, Versluijs, CEO, Solar Monkey
  35. Britta, Von Oesen, Directrice, Cohnreznick Capital
  36. Joshua, Weiner, CEO, Sepisolar
  37. Tom, Weirich, Directeur, Cohnreznick Capital
  38. Emily, Williams, Directrice des Approvisionnements Énergétiques, Edison Energy
  39. Maura, Yates, Membre Dirigeante, Cofondateur, Mothership Energy Group
  40. Thatcher, Young, Vice-Président, Développement des Affaires, Radiance Solar

Pour en savoir plus sur les nominés, cliquez ici

Source: Renewable Energy World

Categories
Actualités

ADEDOYIN ADELEKE PARMI LES LAUREATS 2018 DES 40 DE MOINS DE 40 ANS DANS L’INDUSTRIE SOLAIRE

Adedoyin Adebodun Adeleke, doctorant de l’Ecole Polytechnique de Milan à la chaire UNESCO de l’Energie pour le Développement Durable a été sélectionné par le magazine Renewable Energy World comme l’un des 40 de moins de 40 ans dans l’industrie solaire pour l’année 2018, sur un total de 250 candidats. L’annonce a été faite à l’occasion de la plus importante exposition pour technologies solaires aux Etats-Unis.

Cette liste est une reconnaissance pour 40 jeunes spécialistes, âgés de moins de 40 ans, qui remettent en question les modèles d’affaires traditionnels dans l’industrie solaire. Ils représentent une génération plus jeune, plus impliquée et plus sensible aux économies d’énergie, à l’esprit collaboratif, curieux et passionné.

Adedoyin est originaire du Nigéria où il a obtenu sa licence en Sciences de l’énergie. Malgré son jeune âge, il a déjà reçu plusieurs prix et bourses, dont celui remis par le gouvernement italien.

Ses recherches sur les énergies durables sont axées sur une question clé : Pourquoi l’Afrique, qui dispose d’abondantes ressources naturelles, affiche un niveau d’industrialisation aussi bas et autant de pauvreté ? L’une des raisons identifiées par Adedoyin est le faible niveau de recherche et de formation dans le secteur de l’énergie, ce qui empêche l’utilisation efficace des ressources malgré leur disponibilité.

Afin d’attirer l’attention et trouver des solutions à ce problème, Adedoyin a créé une organisation non gouvernementale, le Réseau international d’appui au développement de l’Afrique (ISNAD-Afrique), dont le but est d’obtenir le soutien international pour les projets de transition vers une énergie propre et la résilience au changement climatique. Dans le cadre de ce réseau, il a également mis en place un programme de mentorat pour la recherche pour les étudiants africains, dans le but de leur permettre de s’associer avec des chercheurs, des industriels et des professionnels de façon à créer des cercles de réflexion favorisant la recherche dans l’industrie au niveau international

Source : Politecnico di Milano

Categories
Actualités

PLUS DE 300 AFRICAINS CANDIDATS POUR LE PROGRAMME DE MENTORAT D’ISNAD-AFRIQUE

Le Réseau international d’appui au développement de l’Afrique (ISNAD-Afrique), une organisation non gouvernementale dont le but est de « développer un réseau de soutien mondial et multipartite pour une Afrique plus verte et plus résistante au climat », a reçu plus de 300 candidatures de 108 universités de 22 pays d’Afrique pour le Programme de mentorat pour la recherche (MRP) 2018-2019 destiné aux étudiants des universités africaines.

Adedoyin Adeleke, Fondateur/Directeur Général du Réseau international d’appui au développement de l’Afrique (ISNAD-Afrique) a précisé que le Programme de mentorat pour la recherche aide les étudiants des universités africaines qui mènent des recherches sur les énergies durables, l’environnement et les différents sujets sur le climat à accéder au soutien technique (supervision conjointe) de chercheurs et professionnels du monde entier et aux compétences pertinentes grâce au programme de mentorat structuré, thématique et technique.

Adeleke a précisé dans un communiqué que les candidats retenus (mentorés) pour le Programme de mentorat 2018-2019 bénéficient actuellement du soutien des mentors membres d’organisations internationales de plus de 30 pays à travers le monde.

« Les mentors du programme sont des chercheurs et professionnels expérimentés d’organisations et institutions de niveau international telles que le Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), le Fonds mondial pour la nature (WWF), Chatham House, l’Université de Harvard, University College de Londres, l’Université de Waterloo pour n’en citer que quelques-unes. »

Le communiqué ajoute qu’ISNAD-Afrique agit comme un réseau transgénérationnel et interdisciplinaire de professionnels, chercheurs et étudiants venus du monde entier pour soutenir les énergies durables, la durabilité environnementale et la résilience climatique en Afrique.

Categories
Actualités

ADEDOYIN ADELEKE FAIT PARTIE DES 30 ACTEURS DU CHANGEMENT DE MOINS DE 30 ANS DANS L’EDUCATION ENVIRONNEMENTALE

Source de l’image : NAAEE

Adedoyin Adebodun Adeleke, doctorant de l’École Polytechnique de Milan à la chaire UNESCO de l’Energie pour le Développement Durable a été sélectionné comme l’un des 30 Acteurs du Changement de moins de 30 ans dans l’éducation environnementale par la North American Association for Environmental Education.

C’est une reconnaissance considérable pour 30 jeunes spécialistes dans le domaine des enjeux environnementaux et de l’énergie, qui ont moins de 30 ans et qui sont, chacun à sa façon, déterminés à apporter les changements nécessaires grâce à l’éducation environnementale.

Adeleke est la première personne d’origine africaine à se voir décerner ce titre. Les 30 personnes nominées cette année rejoignent les 60 anciens lauréats des éditions précédentes, constituant ainsi petit à petit un important réseau qui constituera la clé du développement de leurs projets.

Adedoyin est originaire du Nigéria où il a obtenu sa licence en Sciences de l’énergie. Malgré son jeune âge, il a déjà reçu plusieurs prix et bourses, dont celui remis par le gouvernement italien.

Ses recherches sur les énergies durables sont axées sur une question clé : Pourquoi l’Afrique, qui dispose d’abondantes ressources naturelles, affiche un niveau d’industrialisation aussi bas et autant de pauvreté ? L’une des raisons identifiées par Adedoyin est le faible niveau de recherche et de formation dans le secteur de l’énergie, ce qui empêche l’utilisation efficace des ressources malgré leur disponibilité.

Afin d’attirer l’attention et trouver des solutions à ce problème, Adedoyin a créé une organisation non gouvernementale, le Réseau international d’appui au développement de l’Afrique (ISNAD-Afrique), dont le but est d’obtenir le soutien international pour les projets de transition vers une énergie propre et la résilience au changement climatique

Dans le cadre de ce réseau, il a également mis en place un Programme de mentorat pour la recherche pour les étudiants africains, dans le but de leur permettre de s’associer avec des chercheurs, des industriels et des professionnels de façon à créer au niveau international des cercles de réflexion favorisant la recherche dans l’industrie.

Source : Politecnico di Milano

Categories
Actualités

6ÈME CONFÉRENCE ANNUELLE HOMER INTERNATIONAL MICROGRID CONFERENCE

 

A l’occasion de la 6ème conférence annuelle HOMER International Microgrid Conference, qui a lieu du 8 au 10 octobre 2018 à San Diego, Etats-Unis, les leaders d’opinion du monde entier discuteront de la rapide évolution des micro-réseaux (ou mini-réseaux) et des répercussions pour les producteurs d’énergie, les consommateurs d’électricité et les équipements.

Parmi les principaux conférenciers figurent Karl R. Rábago, Directeur Général du Pace Energy and Climate Center, Peter Asmus, Directeur de Recherche chez Navigant, John Exel, Spécialiste principal en énergie du Groupe de la Banque Mondiale et Peter Lilienthal, CEO de HOMER Energy. Parmi les parcours mis en avant, on pourra citer entre autres : micro-réseaux pour l’accès à l’énergie, micro-réseaux dans l’Arctique et les milieux insulaires, avec une attention particulière accordée aux études de cas sur les micro-réseaux en Californie.

La conférence offre également des visites de micro-réseaux locaux dans la région de San Diego et, le troisième jour, une formation optionnelle avec le logiciel HOMER Energy le 10 octobre. La conférence se tiendra dans le magnifique Paradise Point Resort dans la Mission Bay à San Diego.

Il est encore temps de s’inscrire ! Pour en savoir plus, consultez le site : https://microgridconference.com/

Categories
Actualités

DES SOURCES D’ENERGIE INEXPLOITEES DECOUVERTES AU NIGERIA PAR UNE ORGANISATION DES NATIONS UNIES

La Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) a invité ce vendredi le Gouvernement Fédéral à explorer les sources d’énergies renouvelables en s’aidant des sources d’énergie inexploitées du pays qui sont estimées à 93 950 Mégawatt (MW).

  1. Bakary Dosso, Directeur, Bureau sous-régional, Centre de données, en a fait la requête à l’occasion du lancement du Profil de Pays 2016 du Nigéria à Abuja.

Dosso explique que le rapport de la CEA montre que le Nigéria dispose d’abondantes ressources énergétiques inexploitées d’environ 93 950 MW.

Le chef de la CEA précise que : « le pays dispose de ressources énergétiques considérables, notamment en pétrole, gaz naturel, charbon, nucléaire et sables bitumineux ».

« D’autres ressources incluent le solaire, l’éolien, la biomasse et l’hydroélectricité. »

Or, le développement et l’exploitation de ces sources d’énergie ont été négligés en faveur de l’hydroélectricité, du pétrole et du gaz naturel.

« Le Nigéria dispose d’un potentiel de production de 93 950 MW provenant de sources d’énergie à faible émission de carbone et qui incluent les petites et grandes installations hydroélectriques à raison de 68 pour cent et les centrales nucléaires avec 21 pour cent. »

« De même, le Nigéria dispose d’un potentiel en énergie solaire et photovoltaïque de 7 pour cent et en éolien terrestre de 2 pour cent. »

Dosso précise qu’il est déplorable que malgré ce potentiel considérable, la moitié de la population dépend de matériaux tels que le bois, le charbon, le fumier et les résidus organiques pour la production d’énergie.

Il ajoute que le Nigéria dispose d’une capacité totale installée de 12 522 MW mais seulement d’une puissance disponible d’environ 4 500 MW.

Il demande au gouvernement fédéral de saisir les opportunités qui permettront d’améliorer la situation de l’approvisionnement énergétique dans le pays.

Source : The Nation

Categories
Actualités

ADEDOYIN RENCONTRE TROIS MENTORS, GRÂCE AU PROF. JATIN NATHWANI

Notre directeur exécutif, Adedoyin Adeleke, a participé à la seconde édition du laboratoire d’innovation bisannuel Affordable Energy for Humanity (Juin 19-21) à l’Université Waterloo situé à Waterloo, Canada ; une invitation gracieuse du Prof Jatin Nathwani. Le laboratoire d’innovation a été organisé par l’Institut Waterloo pour les énergies renouvelables (WISE) dirigé par Prof Jatin Nathwani, pour élaborer de nouveaux chemins d’impact (impact pathway) de l’accès à l’énergie pour la subsistance de l’être humain. Le laboratoire d’innovation a vu passer des chercheurs, des professionnels, des étudiants, et parmi d’autres parties intéressées du monde entier dans le domaine des énergies renouvelables, on peut compter Xavier Vallve (Trama TecnoAmbiental, Espagne) et Maria Yetano Roche (Institut Wuppertal) qui sont également mentors pour notre Mentoring for Research Programme (MRP, programme de mentorat pour la recherche). En plus de son support en tant que mentor pour MRP, Prof Jatin Nathwani a soutenu activement ISNAD-Afrique (en coordination avec Nigel Moore, gestionnaire du département Global Programmes and Initiatives WISE). La participation d’Adedoyin (fondée par WISE) au laboratoire d’innovation lui a donné l’opportunité de rencontrer Prof Nathwani, Xabier Vallve et Maria Yetano Roche. En 2018, Prof Nathwani en partenariat avec WISE a pris soin de son protégé MRP, Philip Omenge, et lui a obtenu une bourse pour présenter sa recherche à la conférence internationale sur les énergies solaires et les systèmes voltaïques dans les mini-réseaux afin d’améliorer l’accès à l’énergie en Espagne.

ISNAD-Africa dit merci !

De gauche à droite: Jatin Nathwani, Maria Yetano Roche et Adedoyin Adeleke
De gauche à droite: Adedoyin Adeleke et Xavier Vallve
Categories
Actualités

HOMER ENERGY CONFERENCE 2019 SUR L’ÉTUDE DE LA DIVERSIFICATION RAPIDE DU MARCHÉ DES MICRO-RESEAUX

La HOMER International Microgrid Conference du 7 au 9 octobre à Cambridge, Massachusetts présente des micro-réseaux du monde entier

Boulder, Colorado, 29 août 2019 — La septième conférence annuelle HOMER International Microgrid Conference aura lieu du 7 au 9 octobre à Cambridge, Massachusetts.

La conférence attire des ingénieurs, des développeurs d’énergie distribuée, des fabricants d’équipements, des décideurs, des concepteurs et des représentants du gouvernement venus de divers environnements culturels et économiques. Les conférenciers aborderont des sujets tels que les projets combinés chaleur et énergie, les projets solaires + stockage pour le contrôle des coûts, les micro-réseaux pour la résilience, dans quelle mesure les micro-réseaux contribuent à la reconstruction du réseau électrique du Porto Rico après l’ouragan Maria, le rôle des micro-réseaux dans le développement économique de l’Afrique et bien d’autres sujets dont la réglementation, le financement et la technologie des micro-réseaux.

Parmi les conférenciers, il y aura Maxine Ghavi, vice-président senior et directeur du groupe Grid Edge Solutions chez ABB qui abordera le sujet « Le rôle des micro-réseaux pour Grid Edge : Les meilleures pratiques à l’échelle mondiale », John Exel, qui dirige le Fonds Mondial pour les micro-réseaux à la Banque Mondiale, Dr. Dan Kammen, qui préside le groupe de l’énergie et des ressources naturelles à l’Université de Californie, Berkeley, Peter Asmus, Directeur de la Recherche chez Navigant et le Dr. Peter Lilienthal, CEO de HOMER Energy, pour n’en citer que quelques-uns.

« Compte tenu du fait que de nombreuses villes et grandes entreprises envisagent de construire les projets d’énergie distribuée sous forme de micro-réseaux, je pense que nous pouvons beaucoup apprendre des premières adaptations dans les milieux hostiles tels que l’Arctique ou les communautés isolées du monde en développement » disait Dr. Peter Lilienthal, co-fondateur et CEO de HOMER Energy. « Étant donné qu’une clientèle de plus en plus diversifiée s’intéresse aux micro-réseaux, de nouvelles propositions de valeur se présentent, pour par exemple la réduction des frais et la résilience » ajoute-t-il. « Nous essayons toujours d’attirer l’attention sur une grande diversité de projets de micro-réseaux lors de nos conférences pour permettre aux personnes présentes d’apprendre les unes des autres ».

La conférence présentera deux évènements spéciaux en complément de la conférence principale : dimanche le 6 octobre, une visite du micro-réseau de recherche au siège social de Schneider Electric à Andover, MA ; et la journée du mercredi 9 octobre sera entièrement consacrée à la formation au logiciel HOMER. Les formations HOMER sont reconnues pour obtenir des crédits de formation continue par le North American Board of Certified Energy Practitioners (NABCEP – Conseil nord-américain des praticiens de l’énergie certifiés). La formation portera sur la conception et la modélisation de micro-réseaux autonomes ou branchés sur le réseau électrique, les systèmes solaires et de stockage par exemple, et qui utilisent le logiciel HOMER. Les participants apprendront comment choisir la taille des systèmes hybrides d’énergie distribuée et comment identifier les designs économiquement optimisés. La septième HOMER International Microgrid Conference est un must pour les spécialistes de l’énergie distribuée qui souhaitent progresser dans ce domaine.

Consultez le site de la conférence, http://microgridconference.com, pour en savoir plus et vous enregistrer.

HOMER Energy

Fondé en 2009 par Peter Lilienthal, docteur., et Marilyn Walker, docteur, Boulder, HOMER Energy, implanté dans le Colorado, est le concepteur et développeur du logiciel HOMER – HOMER Pro et HOMER Grid. HOMER® Pro est une norme mondiale pour la modélisation de systèmes d’énergie distribuée complexes, autonomes ou branchés sur le réseau électrique. HOMER Grid, conçu pour le marché solaire, plus stockage, soutient les clients commerciaux et industriels dans la conception de systèmes d’énergie distribuée qui permettront de faire baisser les factures d’électricité mais aussi de réduire l’empreinte carbone. Avec plus de 200 000 utilisateurs dans plus de 190 pays, HOMER est une norme mondiale en matière d’analyse de décisions et études de faisabilité pour les micro-réseaux et la production décentralisée d’énergie. HOMER Energy fournit le logiciel, la formation et les services de consultation qui permettent d’identifier comment construire des systèmes électriques rentables et fiables et qui combinent l’énergie conventionnelle et renouvelable, le stockage et la réduction de consommation électrique. Son but de fournir « une électricité propre partout » est représentatif de l’objectif du groupe qui est d’être le principal fournisseur de solutions pour une énergie propre et abordable à l’échelle mondiale. Pour en savoir plus, consultez le site www.homerenergy.com ou appelez le 720-565-4046. Vous pouvez suivre HOME Energy sur Twitter @HOMEREnergy, LinkedIn et Facebook.

Contact : Marilyn Walker 720-565-4046 pr@homerenergy.com

Categories
Actualités

Économie robuste, système financier essentiel pour inverser l’épuisement de la nature

Alice Ruhweza
Alice Ruhweza

Pour réaliser la conservation mondiale de la nature et la biodiversité dans les pays africains, la directrice exécutive pour l’Afrique du Fonds mondial pour la nature (WWF), Alice Ruhweza, a déclaré que la transformation des systèmes économiques et financiers du monde restait essentielle pour inverser l’épuisement de la nature et atteindre les ODD.

Ruhweza a également déclaré que le continent doit renforcer les mécanismes internationaux, y compris l’engagement des communautés locales pour protéger et restaurer la nature. Les recommandations sont particulièrement importantes pour des pays comme le Nigéria où l’exploration pétrolière a eu un impact négatif sur la nature.

Le Nigéria, qui a le quatrième taux de déforestation le plus élevé au monde, pourrait, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, continuer de perdre plus de 400 000 hectares de terres par an tandis que les principales ressources naturelles devraient disparaître au cours des 30 prochaines années.

En effet, le Département nigérian des ressources pétrolières (DPR) avait également estimé qu’environ 1,89 million de barils de pétrole avaient été déversés dans le delta du Niger entre 1976 et 1996 sur un total de 2,4 millions de barils déversés en 4835 incidents.

L’objectif de développement durable (ODD) sur la biodiversité vise à «protéger, restaurer et promouvoir l’utilisation durable des écosystèmes terrestres, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, et stopper et inverser la dégradation des terres et stopper la perte de biodiversité.

Notant que la nature et la biodiversité en Afrique continuent de décliner, en particulier en raison des activités humaines, Ruhweza a déclaré dans Tweet Chat hébergé par le Réseau international de soutien au développement de l’Afrique (ISNAD-Afrique) qu’il était nécessaire que les pays africains travaillent ensemble pour atteindre les objectifs objectifs visant à protéger la nature du continent.

S’exprimant sur la nécessité de maintenir la biodiversité naturelle de la planète, elle a déclaré que la biodiversité ne consistait pas seulement à sauver des animaux ou des habitats, mais aussi à maintenir l’accès à la nourriture et à l’eau pour aider le monde à faire face aux pires effets du changement climatique.

Le directeur a également souligné la nécessité pour les populations d’arrêter et d’inverser la perte sans précédent de la biodiversité et de mettre la nature sur la voie du rétablissement pour le bien de tous et de la planète d’ici 2030.

Elle a déclaré que bien qu’un plan stratégique pour la biodiversité ait été adopté à l’échelle mondiale en 2010 par les Parties à la convention sur la biodiversité, les progrès en Afrique sont à la traîne, en particulier dans le domaine de l’amélioration des connaissances et des ressources financières

Cependant, Ruhweza a révélé que plus de 80% des pays africains ont fait état de progrès dans la mise à jour des stratégies et plans d’action nationaux pour la biodiversité. Elle a déclaré: «L’Afrique fait des progrès sur la cible un, la désignation des zones protégées, la cible onze, la ratification du protocole de Nagoya sur l’accès et le partage des avantages, la mise en œuvre des valeurs dans les plans nationaux et stratégiques, la cible 17 et le respect des connaissances et valeurs traditionnelles des peuples autochtones.

Alors que le Nigéria cherche à mettre en œuvre les ODD et est resté signataire de l’Accord de Paris, Ruhweza a déclaré qu’il était nécessaire de renforcer les cibles et les mécanismes mondiaux pour protéger et restaurer la nature d’ici 2030.

Notant que les peuples autochtones et les communautés locales sont les gardiens traditionnels de la nature et jouent un rôle crucial, elle a souligné que leur participation reste essentielle à la réalisation des objectifs projetés.

Pour elle, les organisations de la société civile pourraient renforcer la biodiversité parmi leurs réseaux de parties prenantes et aider les autres à comprendre comment elle fait progresser leurs plaidoyers sur divers thèmes, notamment les communautés, le développement, l’environnement, la foi, l’aide humanitaire, les droits de l’homme, les peuples autochtones, les jeunes, l’équité entre les sexes et les femmes. responsabilisation.

«Les OSC jouent également un rôle crucial en servant de pont entre les communautés et le gouvernement et en fournissant un mécanisme de prestation efficace pour les services essentiels. Les gens peuvent être de fervents défenseurs d’un nouvel accord sur la nature au sein de leurs communautés et avec les dirigeants politiques, défendre, soutenir et restaurer la nature; et participer à des activités allant des initiatives locales aux événements mondiaux », a déclaré Ruhweza.

La source: The Guardian, Nigeria